Collection sténopés

Les enfants de la Maison de Quartier du Soleil- avec l’aide de l’association FeedBack- ont réalisé un stage photographique avec la technique du sténopé. Partis à la découverte du quartier et à la recherche des anciens sites des puits de mine, les enfants ont pu découvrir cette technique peu connu. A l’aide d’une boîte de conserve, ils ont ensuite développé leur photographie en suivant les différentes étapes : révélateur, fixateur, séchage. Une découverte très ludique avec un rendu spectaculaire !

Qu’est-ce que le sténopé ?  le principe de fonctionnement

Un appareil photographique à sténopé se présente sous la forme d’une boîte dont l’une des faces est percée d’un trou minuscule qui laisse entrer la lumière. Sur la surface opposée à cette ouverture vient se former l’image inversée de la réalité extérieure, que l’on peut capturer sur un support photosensible, tel que du papier photographique. Comme l’œil, le sténopé capture des images inversées du visible.

Du fait de la petite taille de l’orifice permettant à la lumière de pénétrer à l’intérieur de l’appareil, le temps nécessaire pour impressionner la surface photosensible est très long. Selon la taille de l’appareil et de l’ouverture, il peut se chiffrer en secondes ou en heures. Le trou minuscule du sténopé permet une très grande profondeur de champ (pratiquement infinie).

Pratique…

La construction d’un sténopé est extrêmement simple. Il suffit d’une boîte étanche à la lumière (boîte de conserve par exemple). Son intérieur doit être recouvert d’une substance noire et mate pour éviter la réflexion des rayons lumineux. L’une des faces est percée d’un petit trou, à l’aide d’une aiguille à coudre par exemple. C’est ce petit trou qui est à proprement parler le sténopé, il peut être percé dans un matériau différent de la chambre noire et être monté sur celle-ci comme un objectif photographique classique.

Comments are closed.

Aller à la barre d’outils